Protection des murs du fourgon

Pour protéger les murs de notre Poimobile, on a choisi de les peindre et de les vernir. En voici les raisons et explications…

Problème d’humidité dans le fourgon

En hiver, on bosse plus dans le camion mais quand on a fini notre journée de bricolage, on referme tout sans vraiment aérer. Du coup, entre le manque d’aération et l’humidité du temps en hiver, on a remarqué des petites zones de moisissure sur certains endroits du contre-plaqué de l’espace de vie du camion…

humidite-moisissure-fourgon-amenage

Présence de moisissures sur le contre-plaqué des murs du fourgon

Dès qu’on a vu ça, on a attrapé une éponge, de l’eau chaude et de la javel pour nettoyer et désinfecter les débuts de moisissure !

Au départ, on avait prévu de faire la déco du camion une fois qu’il serait tout aménagé pour éviter d’abîmer quand on bosse dedans, mais avec cet imprévu, on a décidé de protéger les murs… Pour ça on a choisi de les peindre et de mettre du vernis pour éviter que la moisissure n’attaque le bois.

Peindre et vernir les murs du fourgon

Avant de pouvoir commencer quoi que ce soit, il a d’abord fallu démonter toute la structure du lit pour avoir accès au moindre recoin des murs du fourgon. Heureusement on l’a conçue pour qu’elle soit relativement facile à démonter.

Première étape : poncer le contre-plaqué pour que la peinture accroche mieux et que le résultat soit bien net. On a utilisé une ponceuse électrique pour bien enlever le moisi en profondeur et aussi parce que mine de rien il y a quand même de la surface dans un camion aménagé !

Une fois le mur tout doux, on a protégé, avec du scotch, les prises électriques, la fenêtre de la cloison et les parties du sol, du plafond et du camion en contact avec les murs pour éviter de laisser des traces de pinceaux un peu partout.peinture-fourgon-amenage

Le camion étant prêt et la peinture choisie (de la glycero gris dauphin !), on a passé la première couche. Pour les grosses surfaces, on a utilisé un rouleau pour pouvoir bien étirer la peinture en passant un coup en horizontal, un coup en vertical (la nana de D&co vous dira la même chose). Et pour les recoins on a utilisé un pinceau classique pour bien passer partout.

peinture-fourgon-amenage

Quand la première couche fut terminée, on a attendu une bonne heure (comme indiqué sur le pot) pour que ça sèche. Ensuite on a tout poncé pour éliminer les grains de peinture et pour que la seconde couche adhère bien. Cette fois-ci par contre à la main avec du papier de verre très fin et sans trop insister pour ne pas trop enlever de peinture de la première couche.

En tout on a passé 3 couches de peinture et 2 couches de vernis pour protéger, en attendant au moins 1 heure entre chaque couche de peinture et 6 heures pour le vernis et en ponçant bien entre chaque couche de peinture.

On ne vous conseille pas du tout de peindre en hiver, c’est hyper long à sécher et en plus avec la pluie on a pas pu laisser ouvert pour que ça sèche plus vite du coup c’était un peu la galère : faites ça en été !

Au final on est très content du résultat, le gris dauphin ça déchire et en plus nos murs sont tout doux et protégés 🙂

peinture-fourgon-amenage

Salomé et Kévin

Jeune couple d'aventuriers, bricoleurs, curieux et passionnés d'informatique. Toujours prêt à partager leurs découvertes quand ils ne sont pas dans leur fourgon aménagé !

Vous aimerez aussi...


N'hésitez pas à nous laisser un commentaire, mais sachez que notre nouveau projet nous occupe beaucoup et que nous mettons du temps à repondre :)

8 réponses

  1. fcourtot dit :

    Bonjour,
    Je suis en plein aménagement de camion moi aussi. Je ne sais pas si j’ai loupé une étape dans l’aménagement de votre camion mais je ne vois aucune information concernant les aérations. Si il n’a pas une aération haute et une basse il n’y a pas de circulation d’air, l’air condense ce qui explique l’apparition de moisissures.
    Voila en tout cas merci pour votre site il m’inspire beaucoup.

    • Salomé et Kévin dit :

      Salut,

      Très bonne remarque ! Nous n’avons pas encore fait d’article à propos des aérations mais nous en avons deux au plancher et une au plafond.
      On a donc bien une circulation d’air en théorie ^^

      J’espère que notre site t’aidera, bon courage pour ton aménagement 🙂
      A bientôt !

  2. Mr Flament Emmanuel dit :

    Bonjour,

    Il est préférable de faire la même chose de l’autre côté. Ca rallonge le travail mais évite la moisissure du contreplaqué coté isolant non?

    Pour mon dernier camion en date (après plusieurs véhicules avant qui ont finit par avoir des soucis d’umidité) j’ai fait ceci:
    tôle+goudron+vide d’air+isolant+vide d’air+contreplaqué vernis des deux côtés+peinture+revêtement
    Avec une circulation d’air pour chaque vide d’air, vers l’extérieur afin que l’humidité ne stagne pas.
    Une aération haute et basse dans l’habitacle.

    • Salomé et Kévin dit :

      Bonjour,

      Effectivement une protection de chaque côté serait encore mieux, mais pour nous ça voulait dire énormément de boulot pour tout re-démonter… L’utilisation de contre plaqué résistant mieux à l’humidité aurait aussi pu être une solution (bien que plus chère).

      C’est vrai que la circulation de l’air avec une sortie vers l’extérieur permet de facilement évacuer l’humidité, mais baisse un peu la qualité de l’isolation du coup.

      Pour nous, effectivement, le gros changement, ça a surtout été au niveau de l’aération. On avait fait le choix de faire uniquement une ouverture basse, et d’utiliser le lanterneau pour l’ouverture haute (pour nous éviter de percer 2 fois la carrosserie et pour gagner un peu en discrétion). On a acheté un lanterneau avec « Aération permanente », mais on a finis par se rendre compte que l’aération permanente n’aère pas grande chose… Depuis quelques mois on laisse le lanterneau en permanence un peu entre-ouvert (Environs 2cm qu’on soit dedans jour et nuit ou qu’il soit stationné) et depuis plus aucun souci d’humidité !

    • Ramon dit :

      Si il y a une circulation d’air pour chaque vide d’air? Ce ne sont donc pas des vides d’air? Du coup c’est beaucoup moins efficace pour l’isolant non?

      • Salomé et Kévin dit :

        De toute façon ce n’est jamais vraiment des « vides d’airs » puisqu’il reste de l’air et qu’on ne l’enlève pas. Pour être exacte c’est des lames d’airs soit avec une circulation soit statique sans circulation (étanche).

  3. stephen dit :

    bonjour à vous deux.
    Je suis impressionné par la précision chirurgicale des détails.
    sur les parois latérales du transit il y des montant qui font des courbes, comme ceux que l’on voit jointifs avec les portes arrières. Comment avez vous fait pour arriver à plaquer cela aussi proprement ? je suis en train de me creuser le teston depuis deux jours avec le montant qui est près de la porte coulissante, et qui fait des vagues dans les trois dimensions.

    • Salomé et Kévin dit :

      Salut Stephen,

      Merci pour ton commentaire 🙂

      Pour suivre les courbes on a utilisé du contre-plaqué de 0,5mm. Il est assez flexible pour prendre la forme sans casser quand on le visse à la courbe !
      Sinon tu peux mouiller ton bois, le fixer sur un gabarit qui suit ta courbe avec des serres joints et augmenter la courbe progressivement pour ne pas casser le bois. Une fois sec il devrait avoir pris la forme.

      A bientôt, bon courage pour ton aménagement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *